Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2015

Le point sur les Commémorations 2015  en France : http://www.ibuka-france.org/

 

Communiqué de presse du MRAP

Rwanda 1994-2015 ; 21 ans, 100 jours, 1 000 000 de morts

Le refus de l’oubli, le devoir de justice

Il y a 21 ans, le 7 avril 1994, débutait au Rwanda le génocide des Tutsis. En 100 jours, un million de personnes, hommes, femmes, enfants, étaient massacrés, pour être nés Tutsis ou pour s’être opposés à cette extermination.

Ce génocide, accompli par les ex-Forces Armées Rwandaises (FAR) et
les milices dites  » Interahamwe  » était hélas prévisible.

Des tueries, considérées comme des « répétitions générales » s’étaient déjà déroulées de 1990 à 1993. Deux mois avant le début du génocide le journal  » la Médaille Nyiramacibiri  » avait écrit  » la race tutsi pourrait être éliminée « . Dans la nuit du 6 au 7 avril 1994, Radio  » Mille Collines  » multipliait les appels au massacre  » il reste de la place dans les tombes, qui va nous aider à les remplir ?  Exterminez tous les cafards ». L’extermination avait bel et bien était programmée de longue date.

Le pouvoir rwandais a reçu de manière continue et appuyée le soutien du gouvernement français, tant au plan politique, militaire que financier, avant, pendant et après le génocide. Vingt et un an après, le devoir de vérité et de justice est toujours aussi nécessaire pour les victimes, pour les survivants et pour l’avenir.

En ce vingt et unième anniversaire, le MRAP se réjouit que des stèles à la mémoire des victimes aient été inaugurées  dans 5 autres villes de France notamment à Paris.

Il s’associe à la commémoration de ce génocide organisée le 7 avril
par l’association Ibuka, « Souviens-toi », rassemblement solennel  devant la stèle érigée au Cimetière du Père Lachaise à Paris 20ème, entrée 71, rue des Rondeaux, 88ème Division, allée des Fédérés, M° Gambetta, à 14h30 précises. Il appelle les adhérents à participer nombreux.

 

Paris le 3  avril 2015

Publicités

Read Full Post »

CAM00423

 

CAM00419

 

CAM00415

 

CAM00409

Read Full Post »

Ibuka France, en partenariat avec la Mairie de Paris, a le plaisir de vous inviter aux cérémonies qui marqueront la 21ème
commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda le 7 Avril 2015

  • 14h30 PRECISES : cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs sur la stèle au Père Lachaise. Elle sera présidée par Ibuka France, la Mairie de Paris et la Mairie du 20ème  arrondissement.

Adresse : entrée 71, rue des Rondeaux, 88ème Division, allée des Fédérés, M° Gambetta

l

  • 15h00: Cérémonie d’hommage officiel dans les salons d’honneur de la Mairie du 20ème  arrondissement
  • 16h00:  Partage d’un verre de l’amitié dans les mêmes lieux
  • 17h00: Départ pour la veillée

l

l

  • de 19h00 à 5h00 du matin : veillée commémorative au siège de Médecins du Monde : un recueillement animé par des chants du souvenir et témoignages

Adresse : 62, rue Marcadet 75018, M° Marcadet Poissonniers (L4 ou L12)
Le programme complet vous sera communiqué ultérieurement

Nous comptons sur votre présence pour rendre hommage aux victimes.

http://www.ibuka-france.org/

Read Full Post »

10854933_430160797160946_242769852876529678_o

 

Journée co-organisée pat Le Collectif Immigrés, le MRAP et la Cellule Locale IBUKA

DSC00341

 

DSC00342

 

DSC00338

 

DSC00339

 

 

DSC00340

Read Full Post »

La Fondation d'entreprise EDF a pour vocation de soutenir des initiatives positives issues de la société civile 
elle-même, de faire effet-levier sur des dispositifs novateurs. Face à un environnement qui évolue rapidement, 
à un contexte difficile qui multiplie les besoins, elle souhaite contribuer à construire une société plus solidaire, 
plus juste et plus humaine.
 EDF s'appuie sur sa Fondation pour mener, sur tous les territoires, des actions d'intérêt général dans les thèmes de 
l'inclusion sociale, de l'autonomie, de l'intervention humanitaire. les Trophées des Associations récompensent 
les initiatives des petites et moyennes associations qui oeuvrent en faveur des jeunes.
Grâce aux Trophées des Associations, la Fondation EDF peut récompenser des actions exemplaires et originales dans les 
domaines de la culture, de la précarité, de l’environnement, de la discrimination et de la santé.
La Cellule Locale s'est inscrite dans le domaine de la LUTTE CONTRE LA PRÉCARITÉ
Lutter contre l’exclusion ou la pauvreté, favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, les accompagner 
pour l’accès au logement, améliorer la situation de jeunes en situation de fragilité, de vulnérabilité ou de décrochage 
scolaire.

Pour nous aider à gagner un des trophées ou un des prix, notamment celui du jury,
il suffit de cliquer sur le lien ci dessous et ensuite sur « VOTER »

.

.

.

http://tropheesfondation.edf.com/associations/cellule-locale-d-ibuka-du-montatgois

DSC00337

Cadeau du Club Urumuri à la Cellule en remerciement de son soutien

Read Full Post »

2- http://www.collectifpartiescivilesrwanda.fr/france-2-et-paris-macht-toujours-silencieux-ils-nont-pas-pris-la-mesure-de-leur-faute/

Messieurs Thuiller et Royan,

En date du 5 février 2015, je m’étais permis de vous adresser, au nom des membres de notre association et des victimes que nous représentons, une lettre de protestation à propos d’un « dérapage » de monsieur THEVENOT, journaliste, et de son invité du jour, vous-même, monsieur ROYANT, lors du Télé Matin du 31 janvier. Le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 était présenté comme le «  le génocide rwandais, où la communauté hutu va être entièrement massacrée par les Tutsi. ».  Cette contre-vérité historique avait soulevé un vif émoi, tant chez les victimes que chez tous ceux qui les soutiennent et qui connaissent la vérité historique. Le mardi 3 février, monsieur THEVENOT, à la fin de sa chronique, avait rapidement reconnu qu’il s’agissait bien « du génocide des Tutsi par les Hutu », en clôturant son intervention par un rapide « Voilà » que l’on pouvait interpréter de bien des façons.

Votre silence au courrier que je vous ai personnellement adressé a choqué tous ceux que cet « incident » avait plongés dans l’effroi. Nous aurions pu penser que vous exprimeriez par écrit vos regrets sincères pour une telle « bévue ». Nous aurions accepté vos excuses et mis cette « erreur », toute incroyable qu’elle soit, sur le compte de la précipitation ou de la pression à laquelle sont soumis les médias. Nous aurions aimé ressentir un peu de compassion, voire d’empathie de votre part avec les victimes du génocide des Tutsi. Rien de tout cela : un silence méprisant, indigne d’hommes qui sont sensés faire l’opinion. « L’erreur est humaine », dit le proverbe, mais, finalement, était-ce bien une erreur ? Nous pouvons légitimement nous poser la question vu votre manque de réaction.

Je me permets donc de vous adresser une « lettre ouverte » que nous avons récemment publiée. Je suppose que ce courrier que je vous envoie ce jour n’aura pas plus  d’écho que le premier. Mais vous aurez au moins compris, peut-être, la lourde responsabilité qui est la vôtre lorsque vous diffusez des contre-vérités qui participent au négationnisme ambiant. Un vague rectificatif, en face d’une affirmation aussi choquante, ne peut suffire.

Messieurs THUILLIER et ROYANT, monsieur THEVENOT,  à qui notre premier courrier a dû être transmis, croyez bien que notre seul objectif consiste à refuser que les « mensonges » proférés dans les médias ne jettent le trouble chez tous ceux qui les entendent. Nous devons déjà nous battre pour que justice soit rendue aux victimes, et il ne se passe pas une semaine sans que nous ayons aussi à dénoncer, en particulier sur les réseaux sociaux, les affirmations pour le moins tendancieuses quand ce ne sont pas des mensonges délibérés. Trop, c’est trop.

Je vous prie de croire, messieurs, en l’expression, non seulement de notre déception, mais aussi parfois de notre colère, et, malgré tout, du respect que nous devons à tous ceux qui veulent que la vérité soit dite. Ce respect, nous hésitons à vous l’accorder tant vous en avez manqué à l’égard des victimes du génocide des Tutsi.

 

Alain GAUTHIER, président du CPCR

1- http://www.collectifpartiescivilesrwanda.fr/llettre-ouverte-a-messieurs-thuillier-et-royan/

Lettre ouverte à Messieurs Thierry THUILLIER, directeur des programmes de France 2 et Olivier ROYANT, directeur de la Rédaction de Paris Match.

 

Messieurs,

Le 5 février dernier, je vous ai adressé un courrier pour protester contre les propos que monsieur Damien THEVENOT, journaliste à France 2, et vous-même, monsieur ROYANT, aviez tenus lors du Télé Matin du 31 janvier animé par monsieur William LEYMERGIE. Il n’est pas nécessaire que je cite ces propos, ils ont été suffisamment dénoncés. Pour résumer, vous aviez évoqué le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 en affirmant que ce sont les Hutu qui avaient été exterminés par les Tutsi, réécrivant ainsi l’Histoire. En vouscontactant, comme d’autres ont pu le faire, j’avais la naïveté de croire que vous alliez exprimer des excuses. Vous auriez pu dire que vous aviez fait une énorme bourde et que vous en étiez profondément meurtris. On vous aurait crus, même si une telle erreur dépasse l’entendement. En guise d’excuses, nous avons eu droit à un vague rectificatif de la part de monsieur THEVENOT au Télé Matin du 10 février, en toute fin de son intervention : « Le génocide au Rwanda est le génocide des Tutsi par les extrémistes hutu. Voilà » !

En prenant la décision de vous adresser une lettre recommandée avec accusé de réception, je voulais m’assurer que vous recevriez bien ce courrier. Vous l’avez reçu, mais l’avez-vous lu ? En tout état de cause, vous n’avez pas daigné répondre et je considère qu’il s’agit là d’un mépris insupportable pour toutes les victimes du génocide des Tutsi et de leurs familles. Comme je vous le disais dans ma missive, si de tels propos avaient été tenus au sujet de la Shoah, les réactions eussent été d’une autre violence et vous auriez certainement réagi. Mais le Rwanda est un petit pays d’Afrique qui est probablement méconnu de nombre de nos concitoyens et le génocide des Tutsi en 1994 s’est déroulé dans l’indifférence générale de la communauté internationale. Le président français de l’époque et son gouvernement se sont pourtant rendus coupables d’une complicité que peu de nos responsables politiques veulent reconnaître. En tenant les propos qui ont été les vôtres ou ceux de votre journaliste ce 31 janvier, vous avez participé à semer le doute dans les esprits de nos concitoyens. Plus grave, vous avez travesti l’Histoire, participant ainsi au négationnisme ambiant répandu dans notre pays.

Si vous aviez eu la décence de répondre aux protestations qui vous ont été adressées, comme je vous l’ai déjà dit, nous aurions accepté vos excuses. Et nous aurions pu penser, en manifestant beaucoup d’indulgence, qu’il s’agissait d’une sorte de « lapsus ». Mais votre silence assourdissant nous laisserait plutôt entendre que vous aviez exprimé ce jour-là le fond de votre pensée, même si, il  faut le reconnaître, cela pouvait être considéré comme une ignorance crasse.

Monsieur THUILLIER, j’avais pris l’initiative de vous écrire à vous-même, pensant bien que vous répercuteriez notre indignation au journaliste qui travaille sous votre responsabilité. J’aurais probablement dû écrire directement à monsieur THEVENOT, le premier concerné. Son « rectificatif » du 10 février nous laisse pourtant entendre que le message était passé.

Messieurs ROYANT et THUILLIER, je tenais à vous faire savoir que nous n’avons pas du tout apprécié votre silence. Les rescapés et les familles des victimes du génocide des Tutsi auraient aimé vous entendre : vous avez choisi de vous taire. Nous considérons cette attitude comme une marque de mépris, ce que vous contesterez bien évidemment. Un génocide n’est pas un massacre de masse comme les autres. Il imprime chez ceux qui le subissent une marque indélébile. Il s’agit d’un crime contre l’Humanité, une humanité dont vous faites partie, et donc un crime contre vous-même ! Le « voilà » qui concluait le « rectificatif » de monsieur THEVENOT pouvait donner lieu à diverses interprétations. Ce n’était pas, pour nous, et loind de là, l’expression d’un véritable remord.

Messieurs, nous serons donc certainement obligés de nous contenter de ce silence car j’ai du mal à imaginer que, cette fois-ci, vous réagirez. Sachez en tout cas que nous n’aurons de cesse, chaque fois que des « incidents » de cette nature se produiront, d’élever de vives protestations. Le CPCR, comme d’autres associations et des citoyens du monde, nous ne pouvons accepter de défigurer l’Histoire en infligeant aux victimes et à leurs familles de nouvelles blessures. Chaque fois que la vérité sera travestie, vous nous trouverez sur notre route, même si vous ne voulez pas nous entendre. Notre premier objectif est de lutter contre l’impunité en poursuivant en justice les personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide des Tutsi et auxquelles la France accorde un accueil à nos yeux complaisant. Mais ce faisant, nous luttons aussi pour la Mémoire et contre le négationnisme. Un combat probablement trop lourd pour nos épaules mais que continuerons à mener, « sans haine ni vengeance », mais avec détermination.

Je vous prie de croire, messieurs THUILLIER et ROYANT, mais aussi monsieur THEVENOT, à l’expression de notre profonde indignation. Bien à vous.

 

Alain GAUTHIER, président duCPCR

Read Full Post »

20140518_140331_resized

 

Le 7 avril 1994 débutait le dernier génocide du 20ème siècle, celui des Tutsi au Rwanda, qui fit plus d’un million de morts en 3 mois, hommes, femmes, enfants, vieillards, bébés y furent massacrés; cette ignominie uniquement parce qu’ils étaient nés, Tutsi.

Comme chaque année à cette date, l’association Ibuka France organise partout où cela est possible un rassemblement ou un dépôt de gerbe ou une veillée afin que les rescapés et les amis du Rwanda puissent venir se recueillir.

Pour nous chalettois, et notamment les membres de la Cellule Locale du Montargois, ce 7 avril 2015 revêt une importance toute particulière car c’est la première fois, grâce à la municipalité, que nous pourrons venir nous recueillir devant un monument inauguré le 17 mai 2014.

Aussi cette année, le 7 avril 2015, nous organisons à 10 heures un dépôt de gerbe au pied du monument érigé l’an dernier. Nous souhaitons associer pour ce moment de souvenir et compter parmi nous pour ces quelques minutes de recueillement tous ceux qui pourraient être présents.

Read Full Post »