Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2015

Ce lundi 19 octobre, s’est tenu au Sénat le Colloque « Génocide contre les Tutsi : la vérité, maintenant ! » organisé par le Mouvement Européen Antiraciste EGAM.

 

Malgré des difficultés de dernière minute et dénoncés par les participants (refus de salles par le groupe parlementaire des socialistes à l’Assemblée Nationale et de visas aux Justes), ce moment historique a pu réunir des élus et parlementaires nationaux, rwandais et européens, de différentes couleurs politiques et de différents pays, historiensJustes, qui ont sauvé au péril de leur vie, et présents pour la première fois en France, rescapésartistesdirigeants d’organisations de jeunesse politique, syndicale, associative, de France, d’ailleurs en Europe et du Rwanda (en lien ou non avec les génocides perpétrés au 20ème siècle). Les parlementaires absents ont tous laissé un message lu ou visionné en vidéo.

DSC01406

Les moments forts n’ont pas manqué:

– prises d’engagement des parlementaires et associations pour poursuivre un combat pour la vérité, sur ce qui s’est passé, avant, pendant et après le génocide, mettre en lumière les responsabilités, les prises de décision et les complicités.

– démonstration du caractère spécifique, car de proximité, du génocide des tutsi au Rwanda et l’obligation aujourd’hui pour les bourreaux, complices et victimes de vivre ensemble

– le travail des historiens et la difficile cohabitation du temps entre celui de la justice qui a besoin d’être donnée aujourd’hui et celui des faits qui a besoin de recul.

– l’appel du CPCR pour que justice soit faite, que les moyens soient donnés à la Justice, que les procédures aboutissent, procès ou extraditions. Aujourd’hui, tout, et surtout financièrement, est à la charge des Parties Civiles, ce qui n’est pas normal.

 

Tous les intervenants et le public ont dénoncé la « gêne » ambiante dés que le sujet du génocide est abordé en France….. plein de petits faits nous le montrent…..

DSC01410

Quelques pistes et décisions ont été définies:

– création d’un Réseau des Parlementaires Européens, en lien avec les Parlementaires Rwandais, dédié à la lutte contre le négationnisme, la prévention des génocides, la mémoire et la lutte contre les génocides.

– action de la jeunesse européenne dans cette recherche de vérité, notamment sa présence le 7 avril 2016 pour les commémorations au Rwanda

– respect des textes du Conseil de Sécurité concernant la recherche des suspects, ceux ci existant bien; il est anormal que la France ne s’y conforme pas.

 

Mais les moments les plus émouvants furent ceux des interventions de 2 JUSTES …….. hutus ayant refusé d’obéir aux ordres, ayant refusé de livrer des tutsis qu’ils cachaient chez eux ….. (à ne pas confondre avec des hutus qui cachait une personne, mais qui en ont massacré des dizaines…) ceux là sont des gens qui ont respecté, au risque de leurs vies et de celles de leurs familles, les VRAIES valeurs traditionnelles du Rwanda, des rwandais que seule la colonisation a séparé en ethnies … un échange entre rescapés et Justes a pu avoir lieu et donné toute la dimension humaine de leur courage: « Nous vivons grâce à vous. Merci » fut le mot des rescapés.  Un hommage debout leur a été rendu par une salle comble, très émue

DSC01412

DSC01416 DSC01417

Publicités

Read Full Post »

Décision n° 2015-492 QPC du 16 octobre 2015 – Association Communauté rwandaise de France [Associations pouvant exercer les droits reconnus à la partie civile en ce qui concerne l’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité]

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2015/2015-492-qpc/communique-de-presse.144540.html

http://www.presse.justice.gouv.fr/archives-communiques-10095/archives-des-communiques-de-2015-12760/qpc-de-lassociation-communaute-rwandaise-de-france-28409.html

Read Full Post »

Dans la présente affaire, rappelons que la France s’était précipitée à demander le transfert des affaires Munyeshyaka et Bucyibaruta, et que le manque de volonté de juger l’affaire Munyeshyak avait conduit la France à être condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 2004 pour non respect d’un jugement dans des délais raisonnables.

En somme, pour la CNLG, ce prononcé de non lieu est une véritable comédie judiciaire teintée de négationnisme, et il ne fait que présager l’impunité et l’acquittement futur de plusieurs génocidaires qui se sont installés confortablement sur le sol français depuis 1994, avec l’octroi de la nationalité française pour plusieurs d’entre eux, qui devient l’un des prétextes majeurs de refus de les extrader vers le Rwanda.

Il est tout autant illogique que la France refuse systématiquement d’extrader des présumés génocidaires vers le Rwanda en arguant que le crime de génocide n’était pas réprimé au Rwanda en 1994. En effet, comment les régimes rwandais de Kayibanda ou de Habyarimana pouvaient-ils sanctionner le crime qu’ils commettaient eux-mêmes depuis 1959 ?

l’article ici:

http://www.cnlg.gov.rw/news-details/?L=2&tx_ttnews%5Btt_news%5D=576&cHash=2633f19f3fc9f0dce22918db0639b8a7#.Vh85-_ntmkp

Read Full Post »

Colloque exceptionnel
« Génocide contre les Tutsis : la vérité maintenant ! »
 
Lundi 19 octobre 2015, de 9h30 à 20h, au Sénat
Palais du Luxembourg, 15 Rue de Vaugirard, Paris 6e – Salle Gaston Monnerville

Il y a plus de 21 ans, entre avril et juillet 1994, plus de 800 000 personnes furent tuées lors du génocide contre les Tutsis au Rwanda.

Depuis, un lourd silence pèse en France sur cette histoire, en particulier concernant les responsabilités de quelques individus, alors placés au plus haut niveau de l’appareil d’Etat français, dans ce génocide.

Le Mouvement antiraciste européen – EGAM refuse la loi du silence qui empêche toute prévention et toute transmission de l’histoire, et résiste aux pressions politiques qui tentent de faire annuler ce colloque.

Nous sommes ainsi très heureux de vous inviter à briser le silence, à apprendre, à échanger, à rencontrer, à débattre et à s’interroger ensemble au cours de cet événement inédit.

Pour la première fois depuis 1994, il rassemblera en effet une grande diversité d’acteurs aussi bien français que rwandais et européens : élus et parlementaires nationaux, rwandais et européens, de différentes couleurs politiques et de différents pays, historiensJustes, qui ont sauvé au péril de leur vie, présents pour la première fois en France, rescapésartistesdirigeants d’organisations de jeunesse politique, syndicale, associative, de France, d’ailleurs en Europe et du Rwanda, engagés dans l’initiative « Génocide contre les Tutsis : la vérité, maintenant ! » menée par l’EGAM depuis 2014.

Le vernissage, à partir de 18h, de l’exposition de pochoirs du street artiste C215, consacré aux Justes du Rwanda et en leur présence, clôturera ce colloque.

Inscription obligatoire et dans la limite des places disponibles.
Merci d’indiquer les éléments demandés par le Sénat (prénom, nom, courriel, téléphone et organisation) à : colloque19octobre@gmail.com.

Nous tenons à remercier particulièrement Noël Mamère et Esther Benbassa, sans qui ce colloque ne pourrait avoir lieu.

Programme
9h30 – Introduction
Benjamin Abtan, Président du Mouvement antiraciste européen – EGAM ; Noël Mamère, Député, Membre de la Commission des Affaires étrangères ; Donatille Mukabalisa, Présidente de la Chambre des Députés du Rwanda (à confirmer) ; Patrick de Saint Exupéry, Journaliste, écrivain ; Bernard Kouchner, Ancien ministre des Affaires étrangères ; Esther Benbassa, Sénatrice
10h – La jeunesse de France, du Rwanda et d’Europe unie pour la vérité
Président(e)s des organisations de jeunesse : Jeunes Socialistes, Jeunes Ecologistes, Mouvement des Jeunes Communistes, Jeunes Radicaux de Gauche, UNEF, UNL, FIDL, SOS Racisme, UEJF, Ibuka-France, DurDe ! (Turquie), Youth Initiative for Human Rights (Serbie), Mrax (Belgique), Association des Etudiants et Elèves Rescapés du Génocide (Rwanda), Groupe des Anciens Etudiants et Elèves Rescapés du Génocide (Rwanda)
Modération : Paul Morin, Directeur exécutif de l’EGAM
11h30 – Pause
11h45 – Paroles d’élus : « je m’engage pour la vérité »

Prises de paroles des maires et parlementaires de France, du Rwanda et d’Europe.

12h30 – Déjeuner

14h – Des faits pour faire émerger la vérité : historiens et grands témoins

Stéphane Audoin-Rouzeau, Historien, directeur d’étude à l’EHESS, président du Centre international de recherche de la Grande guerre ; Hélène Dumas, Historienne, chargée de recherche au CNRS ; Jean-Pierre Chrétien, Historien, spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs ; Alain Gauthier, Président du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda ; Guillaume Ancel, Ancien officier français au Rwanda ; Jean-Damascène Bizimana, Historien, président de la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG, Rwanda) ; Yves Ternon, Historien
Modération : Pap Ndiaye, historien, professeur des universités à Sciences Po
15h30 – Pause
16h – Paroles de Justes
Introduction par Egide Nkuranga, Vice-Président d’Ibuka (Rwanda)
Richard Prasquier, Vice-président de la Fondation pour la mémoire de la ShoahPasteur Gratien Mitsindo, Juste ; Gaspard Kalisa, Juste

17h30 – Pause
18h – L’art au service de la vérité
Vernissage de l’exposition « Pour les Justes du Rwanda » de C215
Sonia Rolland, Comédienne, réalisatrice (à confirmer) ; C215, Street artiste19h – Conclusion
Noël Mamère, Député, Membre de la Commission des Affaires étrangères ; Donatille Mukabalisa, Présidente de la Chambre des Députés du Rwanda (à confirmer) ; Benjamin Abtan, Président du Mouvement antiraciste européen – EGAM

Read Full Post »

PARIS : Affaire Munyeshyaka, Ibuka France Condamne

Dans son communiqué de presse, Ibuka France condamne le non-lieu en faveur de l’ Abbé Wenceslas Munyshyaka, soupçonné d’avoir participé au génocide des Tutsi. Ibuka France a appris par voie de presse que les juges du Pôle génocide de Paris ont rendu une ordonnance de non-lieu dans l’affaire Munyeshyaka en ce début octobre. Les juges ont suivi les réquisitions du parquet, qui, en août 2015, avait émis cette déconcertante requête : « Il ressort des investigations que le rôle de Wenceslas Munyeshyaka durant le génocide de 1994 a pu susciter de très nombreuses interrogations (…), l’instruction n’a pas permis, au final, de corroborer de façon formelle des actes précis et certains d’une participation active. ».

la suite ici: http://www.rwanda-podium.org/index.php/fr/social/167-haye-cpi-une-assemblee-des-etats-parties

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=91994

Read Full Post »

Les survivants du génocide au Rwanda en 1994 ont exprimé leurs protestations contre la décision d’un tribunal français d’abandonner les poursuites contre un prêtre rwandais accusé de génocide.

Le tribunal français a abandonné mardi les poursuites contre le père Wenceslas Munyeshyaka, auparavant reconnu coupable de génocide par contumace par un tribunal rwandais.

Le dossier de M. Munyeshyaka a été transmis au tribunal français par le Tribunal international pénal pour le Rwanda, basé en Tanzanie.

Les avocats français ont demandé en août l’abandon de ce dossier pour « manque de preuves ».

M. Munyeshyaka, ex-vicaire de la paroisse de la Sainte Famille à Kigali, capitale du Rwanda, lors du génocide de 1994, est accusé d’avoir participé aux meurtres et d’avoir livré des femmes de la minorité Tutsi réfugiées dans son église à des milices qui les ont violées.

S’adressant aux journalistes mercredi, le docteur Jean Pierre Dusingizemungu, président de l’IBUKA, une association représentant les survivants du génocide, a déclaré que cette décision du tribunal n’était pas une surprise car le tribunal français « a l’habitude de refuser la justice ».

« Nous dénonçons cette décision du tribunal dans les termes les plus vifs, car M. Munyeshyaka est un criminel du génocide et que de nombreux survivants du génocide peuvent en témoigner. C’est une insulte aux survivants et aux victimes et nous appelons le gouvernement français à extrader M. Munyeshyaka au Rwanda pour qu’il y soit jugé », a déclaré M. Dusingizemungu.

Le docteur Jean Damascene Bizimana, secrétaire exécutif de la Commission nationale du Rwanda pour la lutte contre le génocide, a déclaré que ce verdict était une nouvelle preuve de la réticence constante de la France à traduire en justice les resposables de meurtres de masse lors du génocide de 1994.

Ce tribunal français a jugé le mois dernier que Joseph Habyarimana, suspect recherché au Rwanda pour des accusations de génocide, ne serait pas extradé vers ce pays d’Afrique centrale, soulignant que ses crimes n’en étaient pas au moment des faits et que les lois ne peuvent s’appliquer rétroactivement.

En mai, la cour d’appel française a libéré le docteur Charles Twagira, suspecté d’implication dans le génocide.

Le gouvernement rwandais pourchasse les personnes accusées d’avoir participé au génocide. Jusqu’à présent, sept de ces personnes ont été extradées de l’Ouganda, du Canada, des États-Unis et de Tanzanie pour être jugées au Rwanda.

D’autres fugitifs sont toujours poursuivis, dont l’homme d’affaires Felicien Kabuga, accusé d’avoir financé le génocide.

http://french.peopledaily.com.cn/Afrique/n/2015/1008/c96852-8958925.html

Read Full Post »

LIRE EN PAGE « Communiqués et Annonces » du site:

https://ibukamontargois.wordpress.com/communiques-et-annonces/

Read Full Post »

Older Posts »