Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2016

Hier, nous avons appris par une dépêche de l’AFP que le juge Theodor Meron a accordé une libération anticipée à deux prisonniers rwandais condamnés pour leur implication dans le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda en 1994

lire l’intégralité ici: http://www.ibuka-france.org/

Par respect pour l’indépendance de la justice, nous avons évité de le dénoncer. Mais s’il entreprend de les libérer l’un après l’autre, nous craignons que cela annule les effets d’une action initiée par la communauté internationale afin de pacifier et réconcilier par la vérité et la justice le peuple rwandais. Au nom de leur responsabilité à prévenir et réprimer les actes de génocide, nous invitons les Etats membres de l’ONU à ne pas se rendre complices d’une mesure qui s’apparente au déni du génocide et à l’impunité de ceux qui l’ont perpétré. Aussi, nous leur demandons de ne pas recevoir sur leur sol des hommes condamnés pour ce crime et libérés avant d’avoir purgé la totalité de leur peine.

Peut-on dénoncer les discours nauséabonds qui circulent aujourd’hui sur les réseaux sociaux et traiter avec légèreté la propagande de haine qui a précédé et accompagné le génocide des Tutsi ?

Publicités

Read Full Post »

La Cour d’assises de Bobigny a confirmé la condamnation du Capitaine Simbikangwa à 25 ans d’emprisonnent pour son implication dans le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Ibuka France s’en félicite.

Ce verdict est une justice aux victimes, un démenti aux négationnistes et à tous ceux qui, depuis 22 ans en France, entretiennent le doute sur le génocide des Tutsi et jettent périodiquement le désarroi dans le coeur des survivants. Cette décision constitue enfin une source de consolation aux rescapés et un soutien à leur reconstruction. Ibuka France tient à remercier tous ceux qui ont rendu possible ce procès et ont travaillé pour apporter à la Cour et aux jurés tout ce dont ils avaient besoin pour comprendre. Au premier rang d’entre eux, il convient de citer le CPCR.

Sur la base de ce verdict qui confirme une condamnation prononcée il y a deux ans en première instance,

  • plus personne en France ne devrait se permettre de banaliser ce qui s’est passé en 1994 au Rwanda,
  • nous appelons les pouvoirs publics à prendre davantage au sérieux la question et à renforcer par des moyens accrus la juridiction chargée d’instruire le dossier du génocide des Tutsi.

Fait à Paris, le 3 décembre 201

Read Full Post »